Le Bonus

Elles ont toujours été là.

Tu as pu m’en souffler quelques mots parfois, toujours avec fierté, toujours avec pudeur, elles ont toujours été là, avec toi. Un portefeuille dans la poche intérieure de ton blouson et trois photos froissées. Dans tous les lieux sordides où je t’ai visité, les squats, les hôpitaux, au milieu des livres, des pots de peinture, au milieu des fous et de ton immense solitude, elles ont toujours été là, avec toi. J’ai tenté d’imaginer leurs visages aujourd’hui, même toi ne les sais plus. Ça pourrait ne pas me déranger. Ça devrait n’être qu’une anecdote. Et puisque ce site t’est consacré. Consacré à ton travail. Consacré à ton chemin. Consacré à ta présence parmi nous. Je comprends que pour tout ce que tu as écris, tout ce que tu as dessiné, tout ce que tu as rêvé, elles ont toujours été là, avec toi. Aujourd’hui c’est Noël et c’est un jour idiot. Je pense à toi qui est allongé sur un lit, le jour, la nuit, enserré dans l’ immobilité de tes objets familiers. Qu’entends-tu dans l’air, à part les cris d’une petite vieille dans une chambre voisine ? Que vois-tu dans l’air ? Les yeux remplis d’amour de tes bons amis d’autrefois, Franck Bouillon, Jean Marcourel, Gilbert Maurice Duprez, et les autres que tu n’as pas eu le temps de me raconter. Je te fais confiance, tu ne t’ennuies sûrement pas et ils sont nombreux autour de toi. Et puis, elles sont toujours là. Avec toi.


Les heures ont passé si vite

Les heures ont passé si vite que le papier fond sur le réchaud de l’esprit sain.

Je ne suis pas aliéné autant que mes mots.

Trahison.

Erreur.

Petite aile négative sur le parchemin des victoires.

Attendre.

Fuir.

.

Les bruits me suppriment.

Les bruits me suppriment.

Les bruits m’impriment.

Les bruits m’impriment.

.

Désert rouge,

incontrôlable : le sang c’est bleu.

Un œil s’entrouvre,

un autre me dédicace sa mélodie de tambours.

Les têtes brûlent à vingt centimètres des oreilles.

.

Le brouillard s’empare des yeux

et là,

seulement là,

le sang reste bleu.

.

.

Novembre 1969


En bonus des photos encore des photos !

Toiles et papiers, Michel Vray

EXPOSITION A LA MAISON NATIONALE DES ARTISTES (MNA) DE NOGENT SUR MARNE

1er mars 2019 – 28 avril 2019

Vernissage : jeudi 28 février 2019  18 h – 21 h

 

« Vous rencontrez Michel Vray mais vous ne voyez ni le peintre, ni le poète, ni l’éditeur. Devant vous se tient simplement un homme, plus occupé à labourer sa terre qu’à discourir sur son travail. C’est bien ainsi que l’image s’impose à vous. Un homme cultive sa terre pour y cueillir parfois des morceaux de ciel. Ensemble, vous faites quelques pas et la terre à vos semelles dévoile ses craquelures. Vous pensez qu’il est difficile de marcher, difficile de rester, difficile d’espérer, mais l’homme vous apaise de son sourire complice et vous comprenez que la terre des poètes est une terre impossible. Depuis qu’il est né à la couleur, au trait et à la beauté du sens, Michel n’a jamais cessé d’éveiller sa terre à l’aune des ses rencontres et de ses passions. Dans son jardin, qu’il soit d’Alice ou d’ailleurs, poussent des herbes folles et c’est auprès d’elles qu’il s’émerveille ». (daNIel)

.

Pour se définir, plutôt qu’artiste, Michel Vray préfère le terme de poète qui qualifie non pas une fonction, mais un état. Dissociant le monde de l’écriture et celui de la peinture, il articule les allers-retours qu’il réalise entre les deux disciplines. « Quand j’écris, je ne peux pas peindre, cela me plaît beaucoup… Quand je peins, je ne peux pas écrire. Ce sont deux choses qui pourtant vivent ensemble. »

.

Peintre, poète et « éditeur de poètes non publiés », Michel Vray commence à l’âge de quatorze ans par faire des copies de toiles de maîtres : Vélasquez, Goya… Il expose dans différentes galeries en France et à l’étranger. À ses débuts, il réalise des toiles figuratives puis se détache peu à peu de la figuration pour une évocation plus libre. Selon Michel Vray « La peinture est un moyen pour rêver, un peintre, c’est quelqu’un qui veut être libre ». Avec ses encres à la poursuite des étoiles et ses huiles aux accents profonds, il aime jouer des contrastes, des lignes et des couleurs à la recherche « d’une mélodie visuelle ». (MNA)

.

Michel Vray vit à la Maison nationale des artistes.

Vernissage le 28 février 2019, de 18h à 21h

Ouvert au public tous les jours, de 10h à 12h et de 14h à 18h. Entrée libre.

 

Mais où est-il ? 

Mais où est-il ? Ici où là, il est.

 

Là où ailleurs, il est encore.

 

C’est le printemps avant l’heure pour le site de Michel ! Nouveau design.

 

Made in Japan à La Maison des Associations du 12ème en compagnie de l’Association Katatsumuri. Michel avec Miho et Mika.

 

.

.

.

Dans l’atelier de Reuilly un jour de Juin 2015.

 

Avec l’association Katatsumuri en octobre 2014 lors de l’enregistrement du Projet « Tu m’entends ? »

 

Alice en hiver (2014 au jardin d’Alice Paris 18ème)

 

18/01/2014 à la Halle St Pierre en compagnie de Rossella RAGAZZI auteur de Miyajima mon amour aux éditions MMM.

 

Les oiseaux naissent toujours dans des sous-marins.

après ils prennent leur essor lors d’une équinoxe.

Mais elles ont disparu depuis bien longtemps

c’est pour cela qu’il n’y a plus d’oiseaux ni de sous-marins.

 

 

 

Atelier du 59 rue de Rivoli en septembre 2002

 

x